La pollution numérique est-ce que ça existe ?

Le numérique au cœur du débat du siècle

 

Le numérique est omniprésent dans nos vies. En effet, que ferions nous sans notre téléphone, notre ordinateur ou encore notre chère télévision ?

 

Si le numérique a su révolutionner nos modes de vie, il est de plus en plus contesté pour son aspect polluant.

 

Alors comment s’exprime la pollution numérique et comment lutter contre celle-ci ? 

 

 

Qu’est ce que la pollution numérique ?

La pollution numérique désigne tout simplement la pollution des nouvelles technologies que ce soit des émissions de gaz à effet de serre, les déchets électroniques ou le stockage des données.

À ce jour, les impacts environnementaux du numérique sont déjà conséquents mais ils ne cessent d’augmenter.

Quels sont les principaux polluants ?

La télévision, le stockage, la fabrication ou la visualisation d’un film génèrent jusqu’à 3,8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, supérieur au taux de l’aviation civile qui lui est de 2,5%.

Si cela continue, Internet pourrait devenir l’une des causes principales de pollution à l’échelle mondiale.

Les datas centers, le nouveau visage de la pollution numérique.

Plus connu sous le nom de stockage de données, son impact sur la pollution numérique ne cesse de croître notamment avec l’arrivée de la 5G.

Il est noté qu’il est presque inévitable que l’on connaisse une croissance des échanges des données, du traitement et du stockage.

En plus de leur consommation électrique, ces derniers consomment une quantité d’eau importante afin qu’ils restent à la bonne température.

La première étape de la pollution numérique : La fabrication.

Aujourd’hui, fabriquer un appareil électrique est plus polluant que de l’utiliser.

Cela engage également l’épuisement des ressources et des matières premières.

Sur 0,2% de l’utilisation de l’eau par le numérique, 79% est consommé dans la phase de fabrication des équipements et 21% sert à leur utilisation.

 

Les tips pour lutter contre la pollution numérique

Gérer son temps d’écran

Pas toujours facile pour l’équipe Mocha 😉

Il est vrai que diminuer son temps d’écran est loin d’être facile, surtout pour les générations d’aujourd’hui qui ont toujours baigné dans l’ère du numérique et ceux qui travaillent avec des nouvelles technologies.

Cependant limiter son temps d’écran c’est limiter son empreinte carbone.

Prendre soin de vos appareils

Une durée de vie plus longue pour nos appareils : la pollution numérique n’est pas que immatérielle !

Dans les années 1990 la durée de vie de nos appareils a été réduite de moitié. Cependant, la fabrication de nos appareils quotidiens épuise les ressources de notre planète et leur fabrication pollue environ 2 fois plus que leur utilisation

On vous conseille aussi de ne pas laisser vos appareils dans vos tiroirs, des entreprises sont là pour les recycler, alors foncez les déposer !

Fermer vos onglets inutilisés

Un onglet n’a de cesse de s’actualiser, même s’il est inutilisé. Cela renforce donc votre empreinte carbone.

Ces pages sont souvent laissées de côté pour       « plus tard », mais la majorité de la population ne revient pas dessus.

Elles génèrent environ 7 grammes de CO2 !

Utiliser un moteur de recherche éthiques ainsi que des recherches ciblées

Il existe de nos jours des moteurs de recherche plus éthiques tels que Ecosia, qui reverse 80% de ses bénéfices à un programme de reforestation.

Il est recommandé de recourir à  l’onglet « favoris », la recherche de la page est plus courte et cela participe à la réduction de la consommation en électricité.

Ne pas se noyer dans ses e-mails

Il faut savoir que de nos jours 8 à 10 milliards de mails sont échangés en 1h !

Sachant qu’un e-mail représente 19g d’équivalent CO2 comprenant les émissions liées à l’appareil de l’envoi, des serveurs et de leur fabrication.

Mais ce n’est pas tout ! Quand les mails séjournent un peu trop longtemps dans votre boîte mail, ils émettent du CO2 et en un an c’est prêt de 10g pour UN SEUL mail.